Fintechs : le ver est dans la banque

25/11/2015, publié par GrégoryKrumm
fintechs

Crowdfunding, peer-to-peer lending, fintechs… Les start-ups de la finance grignotent le secteur bancaire grâce aux technologies du numérique et révolutionnent les rapports de force entre les banques et leurs clients. Zoom sur trois articles qui analysent les enjeux de cette nouvelle donne.

Ces nouvelles menaces qui planent sur les banques

Le modèle bancaire traditionnel  va-t-il imploser sous les coups de boutoir de la révolution digitale ? N’en déplaise aux Cassandre, elles se sont relevées de la crise de 2008. Et pourtant… les menaces planent toujours, mais sous une nouvelle forme. Fintechs, plateformes de crowdfunding et géants du web : ce sont les acteurs du digital qui feraient désormais courir aux banques le risque de la marginalisation. Leur atout ? Une expérience client plus attractive et fluide que leurs rivales, parfois à un moindre coût. De quoi reléguer les banques au rang de simple prestataire technique ? On n’en est pas encore là mais le monopole bancaire est bel et bien fissuré. La réponse de fond, soulignent Les Echos, c’est de mettre en avant leur « capital confiance » et d’approfondir leur relation client.

Pour découvrir l’article, c’est par là.

BNP Paribas intègre six start-ups

Quand la menace pointe, rien de tel que de prendre le taureau par les cornes. C’est en tout cas la conviction de BNP Paribas, qui intensifie sa collaboration avec les start-ups sur fond de programme de transformation de sa relation client. Pour développer des solutions innovantes et contrer les fintechs sur leur propre terrain, le groupe a choisi de combiner leur agilité avec l’expertise et la connaissance client de ses équipes, en organisant un hackathon. Sans surprise, les six projets finalistes ont pour point commun la nécessité de proposer des améliorations de la relation client :

  • BehavioSec : solution multidimensionnelle de reconnaissance biométrique et comportementale,
  • DataSine : analyse comportementale reposant sur le big data,
  • Heuritech : moteur d’analyse sémantique permettant d’anticiper l’évolution des intérêts et du cycle de vie d’un client,
  • LogMote : service d’authentification prenant en charge des applications classiques et d’autres sur le cloud,
  • SnapCheck : solution transformant les chèques « papier » en chèques digitaux afin de réduire les coûts et les risques de fraudes,
  • Saldo.mx : système transfrontalier de paiement de factures.

Pour découvrir l’article, c’est par là.

La puissance des réseaux au cœur des fintechs

Une conférence au siège de la Banque internationale à Luxembourg a été l’occasion de se pencher sur les impacts réglementaires, technologiques, académiques et économiques des fintechs. Mais aussi d’échanger sur la marge de manœuvre dont disposent les banques pour s’y adapter, avec comme constat la nécessité de valoriser la gestion de la relation client. Un objectif qui implique de mieux connaître leurs clients pour leur fournir des services plus pertinents et de jouer avec la masse de données dont elles disposent pour aller plus loin dans la customisation. Autrement dit de renouer le contact, d’adapter leur offre et de développer des plateformes où viendront se greffer d’autres services proposés par des start-ups ou des conseillers fiscaux, sous peine de disparaître.

Pour découvrir l’article, c’est par là.